• Contact // 06 52 05 53 59 //

The days of Pearly Spencer – David McWilliams

museedurock@icloud.com Mai 27, 2018 0 Comments Posted in: Home, Insolite et Rock

L’histoire de The Days of Pearly Spencer, David McWilliams – 1967
Copyright Musée du Rock La Rochelle 2010

R-396160-1484410334-1026.jpegBien que son nom sonne plutôt écossais, David McWilliams est d’origine irlandaise. Il est né à Belfast en 1945. Adolescent il joue dans l’équipe espoir de Manchester United avec de prendre le chemin de l’usine (une usine de missiles).

Il se tourne ensuite vers la chanson et compose dans le psychédélisme ambiant cette chanson, inspirée par la vie d’un clochard. Le morceau bénéficie d’une orchestration ayant recours aux violons (arrangements de Mike Leander) et David McWilliams utilise un mégaphone pour chanter le refrain, ce qui donne à la chanson ce son si particulier.

The days of Pearly Spencer remporte un gros succès dans la plupart des pays européens, à l’exception de lAngleterre où c’est un flop.

Après cela David McWilliams réalisera une dizaine d’albums restés confidentiels et mourra à 56 ans 2002 après avoir eu huit enfants.

The Days of Pearly Spencer sera repris avec succès en Angleterre par Marc Almond (ex Soft Cell) en 1992 et en version dance par un groupe belge en 1980. Signalons pour l’anexdote, la version du groupe bourguignon psychédélique : The Vietnam Veterans en 1988.

La version française, « Je Connais Une Chanson », par Frank Alamo, est passée totalement inaperçue.

rly spencerAvec le temps, The Days of Pearly Spencer est devenu un morceau culte, symbole de la fin des années 60, riches en créativité.

 

La version originale de David McWilliams

 

La version française chantée par Franck Alamo (adaptation de Monty et Patrick Bouchety).  Je connais une chanson