• Contact // 06 52 05 53 59 //

The Velvet Underground – à retrouver dans Good Vibrations

museedurock@icloud.com Août 4, 2017 0 Comments Posted in: Disques cultes, Home

 https://soundcloud.com/fschotte/good-vibrations-n74-velvet-underground-and-nico?in=fschotte/sets/good-vibrations-les

The Velvet Underground est un groupe de rock américain, formé à New York au milieu des années 1960, lié à l’aventure de la Factory d’Andy Warhol qui les a produits. D’abord connu des seuls milieux « underground » new-yorkais, son influence n’a cessé de croître après sa dissolution.

Il a beaucoup influencé David Bowie, qui, à ses débuts, chante des reprises du Velvet dans des clubs.
le groupe est composé de Lou Reed, Sterling Morrison, John Cale, Moe Tucker et temporairement de Nico(imposée par Andy Warhol).

Le groupe a connu, malgré sa brève existence, une grande fertilité musicale. Les thèmes abordés reflètent l’univers dans lequel le groupe gravite, la Factory : drogues dures, thèmes sadomasochistes, homosexuels, etc.
L’influence du Velvet sur les générations suivantes est incontestable : le groupe inspirera le punk rock des années 19701 ainsi qu’une partie du rock alternatif anglophone, du glam rock et de la new wave. Leur premier album paru en 1967, The Velvet Underground & Nico (en collaboration avec la chanteuse allemande Nico) est décrit par le magazine Rolling Stone comme l’album le plus influent jamais réalisé (« most prophetic rock album ever made »), lequel le classe 13e du classement des Greatest Album of All Time2. En 2004, Rolling Stone attribue la 19e place au groupe dans son classement des 100 plus grands artistes de tous les temps3. Le groupe, présenté par Patti Smith, est entré au Rock and Roll Hall of Fame en 1996.

Le groupe[modifier | modifier le code] • Lou Reed (1942-2013), chanteur, principal compositeur, guitariste, de 1965 à 1970.
• John Cale, chanteur sur certaines chansons, musicien (bassiste, altiste, pianiste, violoniste…) de 1965 à 1968.
• Sterling Morrison (1942-1995), deuxième guitariste de 1965 à 1970.
• Maureen Tucker, dite « Moe », batteuse de 1965 à 1971.
• Doug Yule, chanteur et musicien (basse, clavier, guitare) de 1968 à 1973.
Autres membres[modifier | modifier le code] • Angus MacLise, batterie, en 1965.
• Nico, chant, en 1967.
• Billy Yule, batterie, en 1970.
• Willie Alexander, clavier, en 1970 et 1971.
• Walter Powers, basse, en 1970 et 1971.
• Ian Paice, batterie, en 1972.
Histoire du groupe
La formation

L’histoire du Velvet Underground commence à la fin de l’année 1964, quand Lou Reed, un jeune New-Yorkais fou de Bo Diddley et d’Ornette Coleman, recrute John Cale, un altiste et pianiste de musique contemporaine gallois, disciple de La Monte Young, pour Pickwick Records, un label de musique populaire, où il travaille. Les deux jeunes gens fondent le groupe The Primitives et enregistrent le simple The Ostrich.

Le groupe devient The Warlocks, The Falling Spikes, puis, enfin, The Velvet Underground en novembre 1965, (du nom d’un ouvrage traitant de sado-masochisme que Reed tenait de Tony Conrad), avec le guitariste Sterling Morrison, un ami d’université de Lou, et le batteur Angus MacLise, par ailleurs auteur de films expérimentaux.

Les débuts
Le groupe enregistre sa première démo en juillet 1965.

Plus tard, en novembre, Reed, Cale et Morrison acceptent 75 dollars pour se produire sur la scène de la Summit High School5. C’est 75 dollars de trop pour Angus MacLise, qui considère qu’accepter de l’argent est de la compromission et quitte le groupe.
La petite sœur d’un ami de Sterling Morrison, Maureen Tucker, dite Moe, qui joue debout et sans cymbales « à l’africaine », le remplace. Les bases du Velvet Underground sont posées, et le groupe commence alors à se faire connaître dans les bars de New York.

Exploding Plastic Inevitable  EPI  à la recherche d’une bande son

Le groupe se produit à la Lafayette Street Cinematheque, au New Cinema Festival en jouant sur des films expérimentaux et surtout du côté de Washington Square, au Café Bizarre, un « café minable où on faisait fuir les gens », se souviendra Lou Reed. Écoutant Black Angel’s death, le patron les menace : « si vous rejouez ça je vous vire ».

L’associé d’Andy Warhol, Paul Morrissey les y remarque et les invite à la Factory où Reed, Cale, Morrison et Tucker vont prendre leurs marques. Mais pour Warhol il leur manque un membre capable de chanter et d’attirer les regards, il leur présente l’actrice et mannequin allemande, une habituée de la Factory, Nico, dont la voix grave et sépulcrale ne manque pas d’attrait (elle est tout sauf chanteuse). Imaginez si l’on avait imposé aux Rolling Stones de prendre Jane Birkin ou Carla Bruni comme chanteuse aux côtés de Mick jagger.
Le Velvet Underground profite de la notoriété de Warhol pour décrocher un contrat auprès de Verve Records, une filiale de MGM. Pendant plus d’un an, le groupe est l’attraction centrale des Erupting, puis Exploding Plastic Inévitable (EPI), spectacles totaux de Warhol mêlant musique, projection de films et performance artistique sado-masochiste. Supports de projection des films, les Velvet portent sur scène des lunettes de soleil pour ne pas être éblouis, et s’habillent totalement de noir.
Le groupe part en tournée en Californie, Angus MacLise rejoint à quelques occasions (et, malgré lui, pour la dernière fois) ses anciens compagnons. En Californie où règne l’esprit hippie, la tournée tourne court, le style sombre et dramatique du Velvet fait peur et vide les salles.

71odK-tpHXL._SX522_

le premier album : The Velvet Underground and Nico.

En 1966, le groupe enregistre son premier album qu’Andy Warhol produit. Wahrol obtient, contre l’avis de Reed, que trois des onze chansons soient chantées par Nico, le disque s’appelle ainsi « The Velvet Underground and Nico ». Sur la pochette sérigraphiée, œuvre de Warhol, une banane autocollante légendée « Peel Slowly and See » (« Pelez lentement et voyez »), découvre une équivoque banane rose. Une rumeur affirmera que la colle de l’autocollant aurait contenu du LSD.

L’« album à la banane » (il est en effet rapidement appelé le « Banana album ») sort en mars 1967 et, contrairement à l’affirmation courante, les ventes sont, dans un premier temps, plutôt bonnes.

Beaucoup de gens s’intéresseront plus à la pochette qu’au disque. Rappelons que c’est également Warhol qui a conçu la pochette à la braguette de Sticky Fingers.  Mais le disque est rapidement retiré en raison d’un différend juridique minime entre la maison de disques et un collaborateur de Warhol. Quand le disque est finalement de retour dans les bacs, le public l’a oublié, et les ventes ne suivent pas.

Daho reprendra Sunday Morning, 1982 Vanessa paradis I’m waiting for the man, Patti Smith Robert Smith (Cure), Stokes, etc…

En octobre 1982, répondant à un interview de Kristine McKenna pour le magazine Musician, Brian Eno déclare : « Je parlais à Lou Reed l’autre jour et il me disait que le premier album des Velvet Underground n’a été vendu qu’à 30 000 exemplaires dans ses cinq premières années. Je pense que chacun de ceux qui ont acheté une de ces 30 000 copies a fondé un groupe !

Heroin est le titre le plus emblématique des groupe. Lou Reed l’écrit encore étudiant à l’université de Syracuse. a sa sorties les radios rejettent le titre. Lou reed y raconte le trip d’un junkie se shootant à l’héroïne sans prendre parti. Le eronnbage évolue dans le new York trash des années 60.

“Heroin” is the most original, most memorable, and best song on the album. It was written by Reed in 1964, and received harsh criticism for not overtly condemning drug usage (although it doesn’t exactly praise it). The song has a song years (if not decades) ahead of its time with pleasant, melodic, strummed electric guitar and a droning electric viola that builds to a frenzied crescendo.

I’m waiting for the man : Lou Reed y décrit les lamentations d’un junkie en manque attendant fébrilement l’arrivée de son dealer. Des minutes interminables, très loin du Flower Power. Un titre souvent repris par David Bowie.

“I’m Waiting for the Man” follows as the first of many provocative and nihilistic songs about drug use. It is driven by a distorted guitar and driving bass by Reed and Morrison in a very simple rock riff which really sets the song’s background perfectly.

Femme Fatale is the first track on the album to feature lead vocals by Nico, and the atmosphere could not be different than that of the preceding song, as it has a very measured rhythm and jazzy arrangement. Warhol commissioned Reed to write the song about actress and model Edie Sedgwick.

The musical styles continue to fluctuate through the rest of the first side. “Venus in Furs” is a sexually-charged tune which is driven by Cale’s viola and Reed’s oddly-tuned guitar and straight-forward, yet poetic vocal narrative. Titre inspiré de Masoch. Un couple sado-maso mime une relation pendant ce titre sur scène. en 67 c’est révolutionnaire en plein époque Flower power. le titre illustre la rencontre Jim Morrsison-Andy Warhol dans le film d’Oliver Stone etc dans le film Last days de Guss And Sand (les derniers jours de Kurt Cobain)./ Nirvana reprendra Here she comes now souvent sur scène.

 

Run Run Run” returns to a simnple, bluesy-rock tone, with Reed actually doing some traditional style singing and a proper rock drum beat by Tucker.

The Warhol click became the inspiration to “All Tomorrow’s Parties”, which Reed described as an accurate description of certain people at the Factory;

Sunday Morning

le tire le plus doux et le plus formaté d l’album. Conçu pour être diffusé en radio. Un titre chanté par Nico. Christa Päffgen,née le à Cologne et morte le à Ibiza, est une chanteuse, compositrice, actrice et mannequin allemande. Nico était le nom du petit copain de Tobias, un photographe homo ami de Christa Päffgen. Elle joue dans la Dolce Vitae de Fellini. En 6é elle accouche d’Harry le fils qu’elle a eu d’Alain Delon. Titre écrit à la demande d’Andy Wahrol avec qui Lou Reed avait passé la nuit.

The album begins with “Sunday Morning”, a collaboration between Reed and Cale, which was actually the last song recorded for the album in late 1966. It was written at the request of co-producer Tom Wilson, who felt the album could use another pop-oriented song. Although the song was written to be sung by Nico, Reed ultimately sang lead on the track.

et The Black Angel’s Death Song – titre le plus expérimental de l’album – sont co-signés Lou Reed et John Cale. Lepremier a été écrit par Lou Reed un dimanche matin à 6h sur une suggestion d’Andy Warhol qui souhaitait qu’il résume en un titre l’état dans lequel se retrouve un drogué en se réveillant après une soirée d’excès

European Song referme l’album . Co-écrit par rend, Cale, Morrison et Tucker, c’est nue apothéose bruyante dans laquelle John Cale frappe sur des plaques d métal qui éclatent en morceaux et qui rappellent un son de verre brisé. Europen Song donne une idée du côté aventureux qui sera exploré dans l’album suivant White Light/White heat qui confirmera le côté underground du groupe.
La chanson Venus in Furs de cet album est inspirée du roman du même nom de Leopold von Sacher-Masoch.

The next two songs are the most pop-oriented on the album. “There She Goes Again” has an actual hook with responsive background vocals and some quasi-soul musical rudiments.

I’ll Be Your Mirror” is Nico’s final song on the album and is arranged as a very short, traditional ballad. It was released as a single in July 1966, ahead of the album’s release. The album does retain its “weirdness” with the final two tracks.

The Black Angel’s Death Song” is put together like a psychedelic Dylan song. Throughout the song, there are loud bursts of audio feedback, and hissing with guitars tuned low and a screeching viola. The nearly-eight-minute long “European Son” has a more traditional rock guitar and bass, with long, improvised vocals and more crazy sound effects.

 

VelvetUnderground-1a

 

The Velvet Underground & Nico
Released: March 12, 1967 (Verve)
Produced by: Andy Warhol amp; Tom Wilson
Recorded: New York City, April – November 1966
Side One Side Two
Sunday Morning
I’m Waiting For the Man
Femme Fatale
Venus In Furs
Run Run Run
All Tomorrow’s Parties
Heroin
There She Goes Again
I’ll Be Your Mirror
The Black Angel’s Death Song
European Sun
Primary Musicians
Lou Reed – Guitars, Vocals
John Cale – Viola, Piano
Nico – Vocals
Sterling Morrison – Guitar, Bass, Vocals
Maureen Tucker – Drums & Percussion

 

L’album White Light/White Heat

PpQs8MLQuPtTuG-UkWfBAT1Hy9E
Alors que le premier album explorait le territoire d’une musique malsaine, vénéneuse, mais clairement pop, le deuxième album est à l’image de leurs performances live : brut de décoffrage, rêche, difficile, et volontairement « antibeauté » comme dira John Cale. En concert, le groupe joue très fort (il est même sponsorisé par les amplis Vox) et se lance dans des expérimentations parfois extrêmes.
Même si le disque est encore une fois produit par Tom Wilson, le groupe s’est alors éloigné de Warhol et de sa muse Nico. Le Velvet est désormais indépendant et s’est attaché les services du manager Steve Sesnick, mais continue de traîner avec les habitués de la Factory.
L’album sort en janvier 1968, et à nouveau ne se vend pas très bien. Si, encore une fois, il rentre dans le Billboard 200, ce n’est que de justesse : il décroche seulement la 199e place. Dans ce contexte difficile, les tensions entre Reed et Cale (deux personnalités au caractère notoirement difficile) s’accentuent. Le groupe continue un temps de répéter avec Cale, puis finit par se passer de ses services. Lou Reed, plus soucieux de reconnaissance commerciale que d’expérimentations extrêmes, engage pour le remplacer un jeune musicien multi-instrumentistes et de culture très « pop », Doug Yule.

The Velvet Underground

Article détaillé : The Velvet Underground.
Fort de cette nouvelle cohérence, Lou Reed, désormais seul maître à bord, décide de repartir de zéro. Le titre du troisième album (qui sort en mars 1969) est à ce sujet éloquent : The Velvet Underground, tout simplement. Le plus loureedien des albums du Velvet laisse la part belle aux ballades folk, et s’éloigne des excentricités des deux premiers disques. Mais si le premier album est sans doute le plus connu, et qu’on dit souvent que le deuxième a préfiguré le punk, il ne faut pas pour autant sous-estimer l’influence de ce troisième opus : on retrouve son héritage chez beaucoup de groupes pop-rock et lo-fi.

L’album perdu
En 1969, le Velvet Underground écume les routes d’Amérique du Nord, cherchant ailleurs le succès qu’il ne trouve pas à New York. Lors de plus de 70 concerts, se crée une base solide de fans, qui enregistrent régulièrement le groupe grâce à de simples magnétophones. Les bandes ressurgiront des années plus tard en bootlegs, voire sur des disques officiels (1969: The Velvet Underground Live et The Quine Tapes). Mais pendant ce temps, le groupe perd contact avec sa maison de disques, qui, soucieuse d’une image de marque irréprochable, en profite pour se débarrasser d’eux.
Le label garde dans ses cartons de nombreux enregistrements qui auraient dû donner naissance à un nouveau disque. Certaines chansons referont surface pour Loaded, le quatrième album studio du groupe, ou encore sur certains des huit premiers albums solos de Lou Reed. Finalement, Verve Records sortira les chansons au milieu des années 1980 sur les compilations VU (qui contient les meilleurs des morceaux inédits) et Another View (les morceaux jugés moins bons et les chutes).

Loaded

Article détaillé : Loaded.
Abandonnés par leur maison de disques, les membres du Velvet Underground signent pour deux albums avec Atlantic Records qui leur donne une consigne : ils doivent produire des albums « loaded with hits » (« chargés de tubes »).
À cette époque, Lou Reed est fatigué. Après une tournée harassante, sa voix lui fait parfois défaut, il se dispute régulièrement avec le manager Steve Sesnick, et avec Doug Yule qui lui conteste le leadership au sein du groupe. Ouvertement commercial, Loaded contient quelques-unes des chansons les plus connues du Velvet. Exaspéré par l’attitude de Yule (dont les amis et le frère envahissent le studio, notamment pour remplacer la très enceinte Moe Tucker à la batterie), et sans même attendre la sortie du disque, Reed claque la porte du studio, le 23 août 1970, pour entamer une carrière solo.
Désormais seul aux commandes, Yule en profite pour imprimer encore davantage son influence sur l’album, allant jusqu’à effacer la voix de Lou Reed sur certaines chansons pour y poser la sienne. Le disque sort le mois suivant, et n’est pas la réussite commerciale espérée. Lou Reed jure qu’il en aurait été autrement si on l’avait laissé faire, tandis que Yule affirme qu’il n’a quasiment rien touché après le départ du chanteur.

Squeeze

Article détaillé : Squeeze.
Contre toute attente, les radios américaines s’entichent des singles Sweet Jane et Rock and Roll. Doug Yule, prenant la place de Reed au chant et à la guitare, recrute son vieil ami Walter Powers à la basse, et décide de lancer le groupe à l’assaut des scènes d’Europe. C’est le moment que Sterling Morrison choisit pour quitter à son tour le Velvet Underground, pour se consacrer à l’enseignement. Il est remplacé par le claviériste Willie Alexander. Ensemble, ils jouent aux États-Unis, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne. Dans le même temps, plutôt que de leur commander un nouvel album studio, Atlantic Records, échaudé par le départ de Reed, préfère publier un album live, Live At Max’s Kansas City, afin d’honorer son contrat de deux disques.
À l’issue de la tournée en Grande-Bretagne, le manager Steve Sesnick renvoie Tucker (la dernière survivante des débuts du Velvet Underground), Powers et Alexander en Amérique, et pousse Yule à enregistrer un cinquième album, pour le label Polydor. Ce qui sera fait, en 1972 : il enregistre Squeeze, avec l’aide de Ian Paice, batteur de Deep Purple, et de quelques anonymes. Mais à la même époque, le « vrai » Velvet Underground est ailleurs : Reed, Cale et Nico, qui ont tous trois entamé des carrières solos, se retrouvent à Londres, puis à Paris, pour deux concerts « unplugged » (instruments acoustiques).
Si Squeeze est souvent décrié par les fans du Velvet Underground, c’est qu’il n’a plus grand-chose à voir avec les débuts du groupe. Il ne sera d’ailleurs pas réédité, sauf peut-être en France, jusqu’aux années 1980, et uniquement sur vinyle. Pourtant, certaines des compositions de Doug Yule trouveraient tout à fait leur place sur un album comme Loaded. Et si Yule hérite souvent du mauvais rôle dans l’histoire de la fin du groupe, il apparait aujourd’hui que le véritable profiteur est plutôt Steve Sesnick, le manager qui a poussé Yule à se produire sous le nom de The Velvet Underground alors même que ce dernier n’aspirait qu’à commencer une carrière solo. D’ailleurs, peu après, lorsque Sesnick le lâchera, Doug Yule mettra immédiatement fin au « groupe ». Jusqu’à sa dernière tournée, en mai 1973, c’est contre son gré qu’il se produira sous le nom du Velvet Underground.
La reformation
Si les membres du groupe (à l’exception de Moe Tucker restée l’amie de tous) sont longtemps restés en très mauvais terme, les choses semblent changer au début des années 1990. Reed et Morrison se sont rapprochés quelques années plus tôt, Reed et Cale composent ensemble, en 1990, Songs for Drella, un album-concept en hommage à Andy Warhol mort en 1987. Le 15 juin 1990, Cale et Reed jouent quelques titres des Songs for Drella lors du concert organisé pour la rétrospective Warhol à la Fondation Cartier de Jouy-en-Josas, Sterling Morrisson et Moe Tucker les rejoignent sur la scène pour reprendre Heroin.

Aussi, en 1992, la reformation du groupe semble possible. Seuls manquent à l’appel Nico, décédée quatre ans plus tôt, et Doug Yule, que Reed et Cale n’ont pas envie de revoir, malgré le désir de Sterling Morrison.
Le quatuor donne de nombreux concerts en Europe, et assure notamment la première partie de la tournée européenne de U2. Un live sera enregistré à cette occasion, à Paris : Live MCMXCIII. Il est même question de reformation durable, avec un album studio et un MTV Unplugged à la clé. Mais Reed et Cale se brouillent à nouveau et la mort de Sterling Morrison en 1995 compromet définitivement le projet.

Le destin des membres du groupe[

• Lou Reed, qui porte l’héritage majeur du groupe, poursuit une carrière solo jusqu’à sa mort, avec des chansons comme Walk on the Wild Side ou Perfect Day. Quasi-inconnu avec le Velvet Underground, il est considéré en 1973 par un référendum du New Musical Express comme « le chanteur favori des kids ». Il meurt, le 27 octobre 2013, à 71 ans.

• John Cale a d’abord continué sa carrière au sein d’un groupe, puis en solo. Moins connus que ceux de Lou Reed, ses nombreux albums ont souvent été bien reçus par la critique. Il a également composé des musiques de film et produit des artistes aussi divers que Nico, les Stooges, Patti Smith, The Modern Lovers ou Alan Stivell.
• Nico a continué d’exercer ses talents de chanteuse et d’actrice. Elle meurt à 49 ans, en 1988, des suites d’un accident de bicyclette à Ibiza.
• Sterling Morrison enseigne la littérature médiévale à l’université du Texas, à Austin, avant de devenir capitaine de remorqueur. Il meurt, en 1995, d’un cancer à 53 ans.
• Maureen Tucker, après avoir élevé ses enfants, a repris la musique dans les années 1980, souvent accompagnée par ses anciens compagnons du Velvet.
• Doug Yule a dirigé le groupe de 1970 à 1973 après le départ de Lou Reed puis des autres membres fondateurs. Il a ensuite joué pour Lou Reed sur l’album Sally Can’t Dance, et rejoint le groupe American Flyer. En 1977, il devient ébéniste et ne remonte sur scène qu’en 2000 pour quelques séries de concerts en solo. Doug Yule n’a été invité ni aux concerts de reformation de 1992, ni à la cérémonie d’intronisation du groupe au Rock’n’Roll Hall of Fame.

L’héritage

La carrière discographique du Velvet Underground n’a duré que trois ans, de 1967 à 1970. À cette époque le groupe n’a eu que peu de succès, ne vendant que quelques milliers d’exemplaires de chacun de ses albums. Le groupe est pourtant devenu au fil du temps l’objet d’un véritable culte, qui dure encore aujourd’hui. Le Velvet Underground est régulièrement présenté comme le pionnier du punk et du rock indépendant.

L’influence du Velvet Underground sur le mouvement punk, et à travers lui sur le rock moderne, vient plus de l’attitude des membres du Velvet que de leur musique en elle-même. En offrant un son radicalement opposé aux préférences de l’époque, en imposant leur liberté artistique, en prenant leurs influences dans le chaos et les côtés sombres de l’être humain, Lou Reed et sa bande ont eu une influence déterminante sur de nombreux artistes protopunks comme Iggy Pop, et sur le mouvement punk dans son ensemble.

Discographie officielle

Albums studio[modifier | modifier le code] • 1967 : The Velvet Underground and Nico
• 1968 : White Light/White Heat
• 1969 : The Velvet Underground
• 1970 : Loaded
• 1973 : Squeeze